portraitsforce femmes - portraits
Flora Flora Auvray Eurl Architecture d’intérieur
force femmes

Je suis architecte d’intérieur, avec une spécialisation dans l’éco-rénovation et le développement durable. J'aime relever les défis ; que ce soit l’optimisation de petits espaces, la restructuration de grands volumes, la réalisation
de boutiques ou l’aménagement de bureaux à l’image d’une société en temps record... Ce que j'aime surtout, c'est créer de la fonctionnalité et de la beauté dans la vie des personnes.

Au départ, je me suis lancée dans la création de mon activité car je ne voulais pas travailler pour d'autres dans une agence, avec des horaires impossibles. J'ai eu mes enfants tard, ils sont encore très jeunes et je voulais pouvoir gérer mon temps. Cependant, créer ma société et maintenant la faire évoluer est un challenge qui m'a très vite passionné en soi. Cela m'a redonné du dynamisme et de l'énergie. J'ai des idées, des envies, c'est  très stimulant. J’ai très vite développé des compétences telles que dessiner sur ordinateur (un de mes freins initiaux), améliorer un  chiffre d'affaire d’une année sur l’autre et être force de nouvelles propositions pour avancer encore.

       
Je pense avoir beaucoup de chance dans mon parcours à la création d’entreprise car il y a beaucoup d'aides en direction des femmes actuellement. Il est bien sûr difficile de gérer famille et création, mais il me semble que c'est le cas aussi pour beaucoup d'hommes maintenant.  Je n'ai personnellement jamais ressenti de problème dans mon travail en tant que femme, je n'en ressens pas plus en tant que créatrice d'entreprise.
 www.floraauvray.com

 

Corinne L’AIRIAL Altitude
force femmes

Je suis dans l’édition de luminaires « mobiles et libres » en bois, ce sont des luminaires contemporains en bois évolutifs aux finitions sur-mesure « slow made in Bordeaux » (modèles déposés et brevetés).

Je me suis lancée dans l’entreprenariat parce que j’avais l’envie de construire, d’agir et décider. Je suis heureuse d’avoir réussi à développer mes objets ce qui m’a pris deux ans, je suis fière de la concrétisation du projet et de son accueil. Le succès commercial est la prochaine étape ! J’ai intégré des réseaux féminins pour être accompagnée sur la création de cette activité, j’apprécie beaucoup l’esprit d’entraide, d’écoute et de solidarité. Mais je ne me suis jamais posée la question d’être une femme, exception faite de quelques contacts (avec des artisans souvent, où être une femme peut être un  problème) .www.l-airial.com

 

Florence Loulikids and Go
force femmes

« L’idée même de mon projet, ce sont mes enfants qui me l’ont inspirée. En 2003, avec mes deux filles de 6 mois et 2 ans, nous sommes parties vivre quelques mois à Marseille. Nous faisions de multiples allers-retours Paris-Marseille et chaque déplacement tenait du déménagement entre la poussette double, la chaise haute, les couches et tout le matériel nécessaire pour les enfants! Seuls les dépôts-ventes proposaient de dépanner avec du matériel d'occasion. 

J’ai pensé à créer un service de proximité pour que les parents qui partent en voyage, bébé sous le bras, trouvent à leur arrivée ce qui fait le quotidien et le confort de leur enfant. (…) Tous les voyants étaient au vert pour aller au bout de cette idée! LOULI KIDS & go s’est ainsi imposé : "Je LOUe, on me LIvre ce qu'il me faut pour mes KIDS & GO, je pars visiter Paris!".

Nous proposons location et livraison des produits (issus des dernières collections des spécialistes de la puériculture: lit, alèse, drap, veilleuse, chaise haute, bavoir, siège auto etc). Le client accède au site, sélectionne ses produits, valide la période de location et l'adresse de livraison (concentrée sur Paris, avec possibilité France entière sur devis). Aucune caution n'est demandée car nous privilégions encore une fois le climat d'un commerce de proximité. Nous suggérons aussi nos meilleures adresses et bons plans sur Paris afin de ne pas visiter seulement les incontournables. Le sens du service, l'empathie et l'anticipation sont importants dans un commerce. » http://www.loulikids.com

 

Patricia Handishare
force femmes

« L’idée d’Handishare s'est imposée à moi suite à un projet humanitaire à Madagascar que nous avions monté en 2008 avec ma famille. Une expérience très riche qui m'a donné envie de créer une structure porteuse de sens s'enracinant dans les politiques RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). La loi de février 2005 demande aux entreprises d’embaucher des personnes en situation de handicap et leur impose, en cas de non respect de cette obligation, de verser une contribution financière compensatoire à l'Agefiph  (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées).

Or, certaines entreprises préfèrent payer la contribution plutôt que se lancer dans cette démarche de recrutement qui leur fait parfois peur. Handishare propose des prestations de services administratifs, téléphoniques et bureautiques. Nous répondons à un double besoin des entreprises de sous-traiter des prestations, tout en déduisant les prestations facturées du montant de la contribution à laquelle ils sont assujettis. Quant aux salariés, nous leur offrons la possibilité de sortir de l'exclusion avec un retour à l'emploi. 5 (…)

L’objectif à long terme est que ces salariés rejoignent au bout de quelques années des entreprises dites "ordinaires" où ils auront sans doute plus de possibilités d'évolution que dans notre structure. Handishare aurait alors un rôle d'accompagnement de ces salariés vers des entreprises partenaires (ou non).  » http://www.handishare.fr

 

Valérie Alter Services
force femmes

« Je me suis retrouvée sur le marché de l’emploi à 45 ans, à rechercher un poste dans le marketing. J’avais jusque là changé sans difficultés à peu près tous les cinq ans. Je n’avais aucun réseau professionnel à proprement parler et souhaitais continuer à faire mon métier. J’étais assez confiante… à tort. Mes contacts avec les professionnels du recrutement m’ont vite fait déchanter : trop vieille pour le marketing, des entreprises qui cherchent des clones et l’essentiel des postes sur le marché caché. L’idée a germé de passer à mon compte, pour pouvoir mettre à profit mon expérience dans de nouveaux secteurs d’activité.

(…) Qualité de vie, entreprise et solidarité étaient trois valeurs qui me tenaient à cœur et qui m’ont motivée à créer AlterServices, une conciergerie d’entreprise « éthique ». (…) Aujourd’hui, j’ai mon premier client mais il faut très vite que je trouve les prochains. Je prospecte, à Paris et la petite couronne, des entreprises de 100 à 300 personnes. Je souhaite développer mon réseau de prestataires, toujours auprès d’acteurs engagés dans l’économie sociale et solidaire et l’écologie et embaucher des personnes en insertion.

Créer mon entreprise m’a conduite à des périodes de stress, de découragement et de doute, mais aussi vers l’immense satisfaction de développer mon projet de A à Z… et de ce fait à un grand enrichissement professionnel et personnel. J’ai rencontré beaucoup de personnes qui m’ont aidée et encouragée. Pour moi, ce parcours est avant tout une grande aventure humaine…  et j’espère que cela va continuer longtemps ! »

AlterServices, des services qui ont du sens : moyennant un abonnement payé par l’entreprise en fonction de son effectif, Alter-Services met à disposition des  salariés des services de pressing, blanchisserie, repassage, retouches de vêtements, cordonnerie, des paniers de fruits et légumes biologiques, des produits d’épicerie équitables, des produits ménagers et d’hygiène-beauté écologiques, des plats à emporter, des boissons, des plantes et des cadeaux. www.alterservices.fr 

 

Muriel Nuhanciam
force femmes

Passionnée par le monde de la cosmétique, Muriel y a travaillé pendant une vingtaine d’années en tant qu’acheteuse et responsable des achats dans de grands groupes spécialisés. Fin 2009, elle s’inscrit chez Force Femmes avec un ambitieux projet : créer sa propre marque de cosmétiques.

« Je suis une femme d’origine indienne avec une peau mate qui a des besoins très particuliers. Ces besoins, malheureusement, les marques de cosmétiques actuelles n’en tiennent pas souvent compte. De cette « insatisfaction » de femme liée à mon envie d’entreprendre est née l’idée de la création d’une marque de cosmétiques répondant aux besoins de milliers de femmes qui, comme moi, ne trouvent pas de produits de soin de qualité, efficaces et sûrs sur le marché des cosmétiques ethniques.

Cette idée s’est transformée en projet concret lorsque j’ai rencontré un chimiste créatif et passionné qui était frustré de ne pouvoir exprimer son talent à 100% dans la formulation de produits cosmétiques de haute qualité, avec des concentrations d’actifs assurant une réelle efficacité. Du partage de nos exigences, de nos valeurs et de la complémentarité de nos expertises est née NUHANCIAM.

La première de mes ambitions est que cette gamme plaise autant à nos clientes qu’elle me plaît à moi. Ensuite, nous développerons la gamme car nous avons d’autres besoins de femmes à satisfaire. Enfin, le but est de créer des emplois assez rapidement.

Mes moteurs sont ma passion, mon exigence et ma volonté ; mon rêve est que l’on parle de Nuhanciam comme de LA marque spécialisée pour les peaux mates à foncées, celle qui rend les femmes plus belles, avec leurs différences. »

Prenant en considération les spécificités et les exigences des peaux mates à foncées, Nuhanciam  a conçu une gamme de produits : un sérum anti-tâches, un gommage doux et une crème hydratante unifiante. www.nuhanciam.com

 

Marie-Charlotte L'Atelier de Macha
force femmes

Après 14 années dans la communication, Marie-Charlotte est revenue à ses deux passions: l’histoire et les arts. Elle s’est ainsi lancée dans la restauration de tableaux. Mettre du neuf dans les œuvres… et dans sa vie !

« Je me suis orientée vers le métier de restauratrice de tableaux, et ce malgré des mises en garde quant au nombre de restaurateurs déjà en activité, au marché peu extensible et à la restriction des budgets en raison de la crise. J’ai réussi à intégrer une école, et une fois mes trois années d'études à Lyon terminées avec succès, tout s'est enchaîné. Quelques aménagements au sein de ma maison m'ont permis de consacrer une pièce en grand atelier. J'avais acquis l'équipement nécessaire au cours de mes années d'études. Sur le plan administratif, la formule de l'auto-entreprenariat m'a beaucoup simplifié les démarches.  Le plus compliqué a été de trouver un assureur qui comprenne mon métier puis de répondre à ses exigences de sécurité. Pour le nom de mon atelier, j'ai fait au plus simple  en choisissant mon prénom : l'Atelier de Macha  (mon prénom est Marie Charlotte mais on m'a toujours appelée Macha).

(…) J'ai compris que pour se développer le professionnalisme, la recommandation des clients seraient la meilleure carte de visite et le partenariat avec d'autres artisans est aussi essentiel. Et puis sans mes relations, mon énergie et le soutien de mes proches je n’y serai pas arrivée. L'atelier ne tourne pas encore à plein régime mais aujourd'hui je suis toujours aussi enthousiaste et j'ai plusieurs projets de développement. »

L’Atelier de Macha propose expertise, conseils, et savoir-faire pour la préservation et la restauration de tableaux contemporains ou anciens, tant auprès de particuliers que d’institutions. http://latelierdemacha.com

 

 

Annick La Capucine
force femmes

Pendant quinze ans, Annick a parcouru le monde en tant qu’hôtesse de l’air, jusqu’au jour où elle a décidé de créer le job dont elle rêvait!

« Avec l’arrivée de mes enfants, je voulais plus de stabilité dans mon travail. Me voyant refuser mes demandes de mutation, j’ai dû abandonner le ciel pour ma famille! (…) Après un certain temps sans emploi ou parsemé de petits boulots, j’ai décidé de me lancer pour créer le job dont je rêvais.

En nous associant, Thierry Huau - architecte et paysagiste - et moi-même, nous nous sommes lancés dans le développement de La Capucine à Giverny. Nous avons découvert cette ancienne ferme nichée entre les jardins de Monet - qui attirent 500 000 visiteurs entre avril et octobre chaque année - et le musée des impressionnistes.

(…) Ouvert sept jours sur sept d’avril à octobre, ce nouveau concept-store unique s’attache à valoriser l’art de vivre harmonieusement avec la nature.

(…) Nous n’avions pas beaucoup de moyens, mais une grande idée. Et cela a fini par aboutir, le lieu commence à connaître un certain succès! Pour la suite, j’ai beaucoup d’idées, mais je manque de temps pour les réaliser. Je veux à la fois gérer le projet et rester auprès de mes enfants. À ce stade, je cherche encore un équilibre. Aujourd’hui, je me sens plus forte. Le travail est dur et les horaires sans fin, mais je sais que ma détermination et mon travail paient au quotidien. À 50 ans, je fais enfin ce qui me plaît vraiment, je suis mon propre patron ! Je ne peux qu’encourager chacun à réaliser son idée, à aller jusqu’au bout et y croire. Croire en soi et en son projet est essentiel, ainsi que s’entourer de gens positifs qui vous font confiance. »

 

Suivant le rythme des quatre saisons, La Capucine (80 rue Claude Monet à Giverny) propose quatre espaces d’expériences et de découvertes déclinés sur le thème du végétal : il y a la Boutique qui propose une large collection de d’objets d’art, ainsi qu’une sélection de livres de référence;  le Botanic Café  pour déguster des assortiments de sandwichs, salades fleuries, soupes et viennoiseries ; le Déjeuner sur l’herbe permettant de composer son panier pique-nique, sur place ou à emporter ; et enfin, les Collections végétales, des plantes choisies avec soin et proposées à l’achat. www.la-capucine.com

 

 

Muriel Bio Créative
force femmes

Expertise technique, famille d'entrepreneurs, tempérament de challenger, longue expérience professionnelle... et licenciement douloureux. Autant d'éléments qui constituaient les sources d'un projet qui n'attendait qu'un petit coup de pouce pour voir le jour.

"J'ai eu un rendez-vous coup de foudre chez Force Femmes et à partir de là, tout à été très vite. 'Faites de cet accident de parcours une opportunité! ; vous avez tout! Qu'attendez-vous? ; Non, il n'y a pas de parcours du combattant pour créer son entreprise' : chacun des bénévole rencontré a su me pousser, me porter. Le projet a grandi dans mon coeur, au plus profond de mon être, puis Bio Créative est née, le 2 janvier 2009, faisant de moi une jeune chef d'entreprise de 49 ans, épanouie, enthousiaste et parfois fatiguée par ce nouveau rythme!"

Bio Créative accompagne les entreprises de la création à la commercialisation de gammes agro-alimentaires Bio. http://bio-creative.fr

Dominique Libréquilibre
force femmes

En 2006, après une brillante carrière dans l’industrie agro-alimentaire, Dominique se retrouve au chômage. Alors qu’elle commence sa recherche d’emploi, elle démarre un accompagnement chez Force Femmes, qui aurait dû la mener vers un nouvel emploi salarié.

L’idée de créer son propre emploi lui vient peu à peu, mais ne se formule véritablement qu’à l’occasion d’un petit-déjeuner dans les locaux de l’association, au cours duquel Dominique rencontre une créatrice d’entreprise. Six mois plus tard, elle exerce sa profession d’expert en nutrition en tant qu’indépendante auprès de particuliers ou d’entreprise.

« Force Femmes m’a apporté une structure, des repères et des ateliers de grande qualité, avec de vrais professionnels. Grâce à l’association, j’ai repris courage et à mon tour j’essaie d’en redonner aux autres »

Libréquilibre Conseil Formation propose un accompagnement en nutrition, aux particuliers et aux entreprises.

Corinne Le monde de Muzikol
force femmes

A force de s’entendre dire à demi-mot « trop vieille, trop chère », j’ai réalisé qu’il fallait que je prenne le taureau par les cornes et que je sois actrice de mon propre avenir. Ayant toujours créé, en parallèle de mes activités professionnelles, des objets que j’offrais à mes amis, j’ai décidé de monter ma petite entreprise et de générer ainsi mon propre emploi.

J’ai découvert Force Femmes en mai 2007, à l’occasion du Forum de l’Entreprenariat au Féminin. Ma rencontre avec des femmes se trouvant dans la même situation que moi, ayant les mêmes doutes, venant de tous horizons, le fait d’échanger nos problèmes, d’entendre les encouragements de l’association, tout cela m’a confortée dans mon désir de me lancer.

Un an après la création du « Monde de Muzikol », le bilan est plutôt positif: ma créativité est toujours présente, mon carnet de contacts s’étoffe, des gens s’intéressent à mon travail et me sollicitent...

Le parcours de Corinne : Après 30 ans dans le textile en tant que chef de produit, acheteuse ou responsable de production, Corinne crée « le Monde de Muzikol », une marque d’accessoires décalés, drôles et impertinents.
www.lemondedemuzikol.com

Haut de page